Menu

Juha Niemelä et Marja Kokkonen: L'UE renforce ses actions de préservation des forêts de la planète

EU2019FI 13.12.2019 13.12 | Publié en français le 13.12.2019 à 17.24
Édito
Photo: ministère de l’agriculture et des forêts

Les forêts sont d'une importance incommensurable, que ce soit en matière de séquestration du carbone, de préservation de la biodiversité ou du soutien à différentes activités économiques aux quatre coins du monde. La crise climatique, ainsi que les feux de forêts massifs et dévastateurs, nous le font comprendre.

Les États membres de l'UE partagent unanimement les préoccupations concernant l'état des forêts du monde et s'engagent à coopérer et à prendre de mesures pour améliorer la situation. Cela ressort des conclusions, examinées par le Conseil "Agriculture et pêche" le 16 décembre, sur la communication de la Commission intitulée "Renforcer l'action de l'UE en matière de protection et de restauration des forêts de la planète".

Si le titre de cette communication parle de protection des forêts de la planète, il s'agit en réalité d'un ensemble beaucoup plus complexe. Les forêts doivent demeurer viables partout dans le monde; elles ont un impact favorable sur le climat et la pureté des eaux et contribuent ainsi au bien-être des personnes.

Forêts et objectifs du développement durable

L'accroissement de la population et la demande alimentaire croissante qui en découle poussent à vouloir réaffecter des forêts à d'autres utilisations. Nous devons répondre à la question de savoir comment assurer simultanément l'approvisionnement alimentaire et la protection des forêts. La pression pour remplacer les carburants et les matériaux fossiles par des alternatives renouvelables devient elle aussi de plus en plus forte. Comment promouvoir à la fois une gestion durable des forêts, assurer une production alimentaire durable de matières premières renouvelables pour une population mondiale croissante et maintenir un bon niveau de couverture forestière?

Dans le cadre de la prise de décisions, politiques ou autres, il n'est pas possible de tenir compte d'un seul paramètre et de le développer isolément en attendant un impact global favorable. En ce qui concerne notamment l'utilisation des ressources naturelles et l'affectation des sols, il convient de prendre en considération, de manière globale, tous les éléments qui tombent dans la sphère d'influence des décision prises.

La réalisation de plusieurs objectifs de développement durable fixés par l'Agenda 2030 de l'ONU reposent sur les forêts. Tous les États membres de l'UE se sont engagés pour ces objectifs qui forment, ainsi, un fondement solide pour la coopération européenne. S'agissant des questions relatives aux forêts, les États membres sont divisés en pays producteurs et pays consommateurs. Malgré leurs points de départ différents, les États membres partagent la volonté de développer la gestion durable des forêts à l'échelle mondiale. Les conclusions du Conseil sur la communication de la Commission précitée prouvent bien cette unanimité.

Il n'est pas nécessaire de partir de zéro, ce qui facilite la tâche. L'UE agit depuis longtemps et sur plusieurs fronts en faveur des forêts. Le programme d'action FLEGT et le règlement sur le bois y lié le montrent bien. En outre, le programme de partenariat UE-Afrique offre toujours plus d'opportunités pour promouvoir une gestion durable des forêts et en élargir la superficie.

Les questions relatives aux forêts ont gagné en importance durant la présidence finlandaise

 Cet automne, les spécialistes de différents secteurs ont examiné la communication de la Commission en vue d'en évaluer les effets sur la protection et la restauration des forêts de la planète. Outre les fonctionnaires responsables du secteur forestier, des spécialistes des gouvernements nationaux dans les domaines de l'environnement, du commerce, du climat, du développement et de l'agriculture, entre autres, ont participé à l'élaboration des conclusions du Conseil. La présidence finlandaise a donc réussi à réunir les spécialistes de très nombreux secteurs.

Dans l'ensemble, les questions relatives aux forêts ont été abordées dans plusieurs contextes. Par exemple, à l'initiative de la présidence finlandaise, deux points "bois" ont été inscrits à l'ordre du jour du Conseil "Agriculture et pêche": la communication de la Commission sur les forêts et l'avenir de la stratégie de l'UE pour les forêts et le secteur forestier. Ce thème trouvera son point culminant au Conseil "Agriculture et pêche" de décembre: à cette occasion, les ministres devraient adopter des conclusions sur la communication de la Commission et débattre, au cours du déjeuner, du thème "Les forêts de la planète pour un avenir durable".

L'UE peut être le leader mondial en matière de gestion durable des forêts. Les discussions à haut niveau, ainsi qu'un dialogue multisectoriel, ne font qu'améliorer l'excellence européenne dans ce domaine.

La meilleure manière de préserver les forêts, c'est de s'assurer qu'elles apportent de la valeur aux populations locales. Cela vaut tant pour les régions tropicales que pour les forêts boréales. L'expérience montre que les projets d'afforestation peuvent réussir uniquement si les communautés locales considèrent que les forêts leur représentent une valeur plus importante en tant que telles que comme source de bois de chauffage. Créer cette valeur prend cependant du temps. C'est pourquoi nous avons besoin d'une coopération intersectorielle.

Juha Niemelä, directeur général, et Marja Kokkonen, conseillère ministérielle principale (forêts), ministère de l’agriculture et des forêts