Skip to Content

M. Antti Rinne, Premier ministre finlandais: Suivi du programme stratégique

EU2019FISecrétariat général du gouvernement
18.10.2019 11.38
Speech
Photo: Union européenne

Discours de M. Antti Rinne, Premier ministre, au Conseil européen, le 18 octobre 2019

INTRODUCTION

Chères collègues, chers collègues,

En juin, nous avons adopté un programme stratégique ambitieux pour les cinq années à venir. La présidence finlandaise est la première à intégrer ses priorités dans tous les aspects du travail du Conseil.

J'ai écrit à Donald en début de semaine pour faire état des progrès réalisés. Aujourd'hui, je me contenterai de présenter quelques exemples. Je me concentrerai sur quatre thèmes principaux, concernant lesquels les citoyens attendent des résultats et sur lesquels la nouvelle Commission devra poursuivre les efforts entrepris.

Protéger les citoyens et les libertés: garantir l'État de droit

Concernant la priorité "Protéger les citoyens et les libertés", le programme rappelle l'importance de respecter les valeurs communes de l'UE. Elles constituent en effet le fondement de la liberté, de la sécurité et de la prospérité en Europe.

Les problèmes liés à l'État de droit dans un État membre perturbent le fonctionnement de l'ensemble de l'Union européenne. Le bon fonctionnement du marché unique, la croissance économique et la résilience face aux menaces externes, par exemple, exigent de chaque État membre le respect de l'État de droit. Il s'agit là d'un objectif majeur de notre présidence.

Le mot-clé ici est "prévention". Nous avons cherché des moyens plus efficaces d'identifier et de prévenir d'éventuels problèmes de manière précoce.

Premièrement, nous devons établir un dialogue systématique entre tous les États membres sur la situation de l'État de droit dans l'Union, afin de prévenir les problèmes sur le long terme. Notre présidence travaille à établir un espace de débat ouvert et basé sur les faits, en coopération avec la Commission.

Deuxièmement, protéger le budget de l'UE en cas de problèmes généralisés liés à l'État de droit enverrait également un message préventif fort. Il s'agit d'un élément crucial du prochain cadre financier pluriannuel.

Protéger les citoyens et les libertés: faire face aux menaces hybrides

Chères collègues, chers collègues,

Nous devons protéger nos sociétés des menaces hybrides. Pour ce faire, nous avons besoin d'une approche globale et de plus de coopération et de coordination, ainsi que de plus de prise de conscience des menaces hybrides au niveau politique.

C'est pourquoi nous avons organisé plusieurs discussions autour de scénarios au début de notre présidence. Ces discussions ministérielles ont permis d'évaluer et de tester les outils pertinents de l'UE.

Elles ont montré une grande solidarité, une volonté forte de dégager des actions au niveau de l'UE et un besoin d'assistance mutuelle.

Elles ont aussi clairement montré l'importance d'une détection aussi précoce que possible et d'une capacité d'utiliser des sources différentes pour mieux apprécier la situation.

La présidence finlandaise suggèrera des pistes de travail au Conseil avant la fin de l'année. Nous sommes heureux, chère Ursula, de voir l'importance des menaces hybrides dans tes orientations politiques, et nous espérons pouvoir coopérer ensemble étroitement.

Mettre en place une base économique solide et dynamique: croissance durable

Chères collègues, chers collègues,

Troisièmement, concernant notre priorité "Mettre en place une base économique", il faut remarquer que les temps sont durs, pour les industries européennes. Les orientations du Conseil européen de juin à ce sujet sont très claires: il convient de rappeler l'importance d'une approche plus intégrée et connectant le marché unique, la politique industrielle et la transformation numérique.

Le marché unique est l'atout majeur de l'UE. Tel était notre message, fort, pour la nouvelle Commission.

Si l'UE n'assure pas un meilleur fonctionnement du marché unique, nous pouvons tirer une croix sur nos ambitions de leadership industriel ou technologique.

L'économie européenne dépend toujours plus des services. Il en va de même pour le numérique, l'économie circulaire, les innovations et d'autres éléments essentiels de la nouvelle croissance. L'UE doit absolument commencer à bâtir une véritable économie des services.

En outre, si nous voulons approfondir le marché unique, nous devons mieux mettre en avant la dimension sociale. Nous avons besoin de normes modernes, tant dans le domaine social que dans celui de l’emploi. Un facteur essentiel pour y parvenir est la mise en œuvre complète du socle européen des droits sociaux.

L’UE doit se donner pour objectif de devenir, à l’échelle mondiale, la puissance économique à faible intensité de carbone la plus compétitive et socialement inclusive.

Construire une Europe neutre pour le climat, verte, équitable et sociale: l'UE, leader mondial en matière de climat

Chères amies, chers amis,

Mon dernier exemple porte sur les progrès réalisés concernant la priorité "Construire une Europe neutre pour le climat, verte, équitable et sociale". Les changements climatiques touchent tous les secteurs de notre société, et durant notre présidence, le Conseil a examiné dans ses différentes configurations les moyens de parvenir à la neutralité carbone. 

J'ai également eu le plaisir de discuter personnellement de ces questions avec certains d'entre vous.

Quelles sont mes conclusions?

Les changements climatiques ont un impact indéniable sur l'économie. Les ministres des finances ont discuté de nombreuses mesures politiques de mitigation de ces changements, comme la tarification du carbone grâce à un régime d'échange des droits d'émissions et à la taxation, ou encore la budgétisation durable les financements et les investissements.

Le budget de l'UE et la Banque européenne d’investissement pourraient par exemple mieux servir à mobiliser des fonds en faveur de l'action pour le climat.

L'UE a besoin de gros investissements. La Commission chiffre ces besoins à environ 550 milliards d'euros par an. Cela signifie que le taux annuel d'investissement passerait de 2% actuellement à 2,8% du PIB de l'UE. Mais ces investissements ne sont pas qu'un défi; ils sont aussi une opportunité, en particulier pour les secteurs qui y jouent un rôle majeur, comme celui de l'énergie.  

Les ministres chargés de la compétitivité ont discuté des technologies innovantes. Celles-ci commencent à être utilisées jusque dans l’industrie mature, ce qui aurait paru presque impossible il y a quelques temps.

Le processus de fabrication de l'acier, par exemple, n'a pas véritablement changé en 150 ans. Mais aujourd'hui, un projet pilote intégrant de l'hydrogène dans ce processus afin de prévenir l'émission de carbone de dioxyde est en cours. C'est une révolution. L'industrie de l'acier est aussi de plus en plus déterminée à se transformer en améliorant son efficacité énergétique et ses besoins en ressources.

Ce genre d'innovations peut nous aider à faire face aux changements climatiques. De nombreux secteurs industriels bénéficieront grandement de cet avantage du pionnier, si nous adoptons des objectifs ambitieux qui favorisent la prédictibilité pour les décennies à venir.

L'agriculture et la foresterie ont également un rôle crucial à jouer. Les ministres de l'agriculture ont évoqué les possibilités d'accroître les puits de carbone dans les champs. Les terres agricoles de l'UE stockent dix fois plus de carbone que ce que l'UE émet chaque année. Nous devons prendre soin et accroître ces stocks de carbone des sols. 

Cette année, nous devrons également prendre des décisions sur la stratégie à long terme de l'UE et les objectifs de neutralité climatique. La présidence finlandaise travaillera dur pour proposer au Conseil européen de décembre un accord sur une vision européenne pour 2050.                                         

CONCLUSION

Chères collègues, chers collègues,

Je vous ai présenté quelques exemples de mise en œuvre des nouvelles priorités de l'UE pendant la présidence finlandaise. Mais il reste du travail. Je crois que nous, membres du Conseil européen, devons continuer à garantir un suivi actif du programme stratégique.

Il est essentiel que le Conseil, la Commission et le Parlement européen travaillent de concert à mettre en œuvre ces priorités ambitieuses. Je suis heureux qu'Ursula soit avec nous aujourd'hui pour exposer ses plans pour les cinq années à venir.

À nouveau, j'espère que nous pourrons avoir une coopération étroite durant les derniers mois de la présidence finlandaise. Merci.

Antti Rinne