Saut au contenu

Riitta Sauni: Intensifier la lutte contre le cancer en Europe

EU2019FI
Julkaisuajankohta 26.11.2019 9.15
Édito
Photo: ministère des affaires sociales et de la santé

Chaque année, près de 120 000 travailleurs souffrent de cancers en Europe, et 80 000 décèdent suite à l'exposition à des produits cancérigènes sur le lieu de travail. Dans l'UE et d'autres pays développés, environ 53% des décès liés au travail sont dus à des cancers. La lutte contre les cancers professionnels s'est intensifiée en Europe ces dernières années.

L'amiante, toujours le premier facteur

Le cancer des poumons, le mésothéliome (causé par exposition à l'amiante) et le cancer de la vessie sont les formes les plus communes de cancers liés au travail. Les secteurs les plus exposés sont ceux du BTP, de l'industrie chimique, de la construction de voitures ou de meubles, de la production ou de la transformation des métaux.

L'exposition à des produits cancérigènes est la cause la plus courante de cancer lié au travail. La plupart de ces cancers se développent suite à une exposition à l'amiante sur plusieurs décennies. Aujourd'hui, c'est l'exposition au chrome hexavalent et au nickel qui entraîne les principaux risques de cancer.

Les radiations, le stress et d'autres facteurs liés à l'organisation et aux conditions de travail ont également une incidence sur les cancers liés au travail. Il est aussi établi que l'exposition au travail à des perturbateurs endocriniens ou des nanomatériaux peut causer des cancers.

Durcissement récent de la réglementation européenne

La réglementation européenne a été mise à jour pour définir des valeurs limites d'exposition à différents produits cancérigènes. Aujourd'hui, 25 de ces produits font l'objet de limites d'exposition, ce qui entraîne une limitation de leur utilisation au travail.

Dans une communication sur la santé et la sécurité sur le lieu de travail, la Commission européenne s'est engagée à protéger les travailleurs des cancers liés au travail. La directive sur les agents cancérigènes et mutagènes a donc été révisée pour inclure des limites d'exposition aux principaux produits cancérigènes sur les lieux de travail dans l'UE.

La Commission a soumis 4 propositions différentes de modifications de cette directive, afin d'introduire de nouvelles limites contraignantes en termes d'exposition aux produits cancérigènes.

La Commission a déjà publié les trois premières propositions de modifications, que les États membres mettent en œuvre actuellement. La quatrième proposition est en cours de rédaction et devrait être publiée début 2020.

Les cancers liés au travail peuvent être évités

Le principal aspect de la prévention des cancers liés au travail est de s'assurer que les conditions de travail sont conformes à la réglementation et aux lignes directrices applicables. Toutes les maladies professionnelles pourraient être en principe évitées en garantissant des conditions de travail sûres et saines.

Les employeurs doivent identifier les substances cancérigènes et déterminer l'exposition des travailleurs à ces produits. Les outils ne manquent pas: plusieurs méthodes de gestion des risques sont déjà en place, et de nouvelles continuent d'être développées. Il existe également de nombreuses études sur les cancers professionnels.

La plupart des décès liés aux cancers pourraient être évités avec quelques mesures relativement simples. L'exposition aux produits cancérigènes peut faire l'objet des mêmes restrictions que celles pour l'exposition aux substances chimiques.

De base, il est important d'avoir des mesures générales de sécurité en place avant d'employer des équipements de protection individuelle. Il faut donc tout d'abord chercher à savoir s'il est possible de prévenir les facteurs de risque à l'origine, ou s'il est même possible de ne pas utiliser de substances cancérigènes ou de les remplacer par des produits moins dangereux. Y a-t-il des moyens techniques ou organisationnels pour réduire l'exposition à ces produits? Les équipements de protection individuelle ne devraient être utilisés que lorsque toutes les autres options sont inenvisageables ou inadaptées.

Problèmes communs – solutions communes

La lutte contre les cancers liés au travail ne doit pas passer uniquement par la réglementation et la recherche, mais aussi par la communication et l'échange d'informations.

En 2016, l'UE a lancé sa feuille de route sur les carcinogènes, une campagne visant à prévenir l'exposition à des produits cancérigènes sur le lieu de travail. Six organisations européennes, dont la Commission et l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) ont signé une convention pour s'engager à faire prendre conscience des risques liés à l'exposition à des substances cancérigènes sur le lieu de travail; elles se sont aussi engagées à partager les meilleures pratiques. Depuis, plusieurs États membres ont rejoint cette campagne.

Les États membres et les organisations qui participent à cette campagne se réuniront à Helsinki pendant la présidence finlandaise du Conseil de l'UE pour évaluer les réussites et les défis futursde cette campagne. Ils procèderont à un échange de vue sur les interfaces entre la réglementation sur les produits chimiques et celle sur la santé et la sécurité au travail, ainsi que sur la biosurveillance des risques d'exposition sur le lieu de travail.

La campagne de la feuille de route sur les carcinogènes se poursuivra durant la présidence allemande du Conseil.

Vous pouvez aussi rejoindre cette campagne, en tant qu'individu ou dans le cadre de votre communauté de travail. Pour en savoir plus sur l'adhésion et la feuille de route, consultez le site de la campagne (en anglais).

Travaillons ensemble par-delà les frontières pour intensifier la lutte contre les cancers liés au travail.

Riitta Sauni, conseillère ministérielle principale, ministère des affaires sociales et de la santé