Menu

Même les langues rares se prêtent à la traduction automatique

EU2019FI 30.10.2019 16.13
Dépêche
Photo: Sera Martikainen, Secrétariat général du gouvernement, Finlande

Le traducteur automatique développé pour la présidence finlandaise s'est avéré être un bon soutien pour la traduction. La traduction automatique se base sur les réseaux neuronaux.

Au printemps dernier, le Secrétariat général du gouvernement finlandais a participé à un projet financé par la Commission européenne. Le but était de développer des traducteurs automatiques qui s'adapteraient aux besoins des trois États du trio de présidences: la Roumanie, la Finlande et la Croatie. Ce projet vise à faciliter et à accélérer la communication multilingue pendant la présidence finlandaise du Conseil de l'UE, ainsi qu'à répondre aux besoins croissants en traduction. Concernant la Finlande, le travail de développement s'est concentré sur les combinaisons linguistiques finnois-anglais-finnois et finnois-suédois-finnois.

Les résultats sont encourageants, et durant l'automne, cet outil de travail a été intégré dans les processus de traduction au sein des services linguistiques de la présidence finlandaise. Le traducteur automatique ne s'utilise pas seul, mais peut, le cas échéant, assister un traducteur humain dans son travail et lui fournir une base pour créer ensuite une traduction appropriée.

Outre les traducteurs professionnels, le traducteur automatique EU Council Presidency Translator peut être utile à toute autre personne cherchant à rédiger ou comprendre un texte en langue étrangère. Le traducteur automatique est capable de traduire des textes, des fichiers et même des sites internet complets. Il propose de nombreuses combinaisons linguistiques. Les services linguistiques de la présidence finlandaise ont testé le traducteur automatique pour les traductions finnois-anglais-finnois et finnois-suédois-finnois, qui se sont avérées de bonne qualité.

Les réseaux neuronaux permettent de produire un finnois fluide

Le finnois a toujours été une langue difficile pour la traduction automatique. L'évolution de l'intelligence artificielle et de l'apprentissage automatique a cependant permis le développement de traducteurs automatiques qui fonctionnent même pour les petites langues grammaticalement complexes, comme le finnois.

Le fonctionnement du traducteur automatique se fonde sur les réseaux neuronaux. La fluidité du langage des textes qu'ils fournissent se rapproche de celle d'une traduction humaine, et la qualité est souvent meilleure que dans le cas des anciens traducteurs automatiques qui, eux, se basaient uniquement sur des statistiques et des règles. Les réseaux neuronaux cherchent à déduire le contexte d'utilisation sur la base des composants de la phrase, ce qui améliore la qualité et la précision des traductions. Les résultats sont encore meilleurs lorsque l'on "éduque" le traducteur automatique pour qu'il comprenne les textes typiques d'une organisation ou d'un domaine spécifique. D'un autre côté, même un traducteur automatique de très bonne qualité ne peut produire des textes sans erreur.

Le développement des traducteurs automatiques fondés sur des réseaux neuronaux se base notamment sur l'apprentissage automatique. Une grande quantité de données textuelles bilingues sont introduites dans le traducteur automatique, qui, en se basant sur ces données et en utilisant différents algorithmes, apprend à traduire entre les deux langues. Plus de 20 millions de phrases et leurs traductions ont servi à "former" le traducteur automatique développé pour la Finlande. "EU Council Presidency Translator" est développé par Tilde, une société lettone spécialisée en traduction et technologies linguistiques, qui a connu un certain succès dans les concours internationaux de traduction automatique.