Menu

Veli-Mikko Niemi: Économie du bien-être: un nouveau mode de pensée pour les dirigeants de l'UE

EU2019FI 16.9.2019 9.32
Édito
Veli-Mikko Niemi
Photo: ministère des affaires sociales et de la santé

L'un des principaux objectifs de l'UE est d'assurer le bien-être des personnes. Toutefois, l'UE est toujours largement perçue comme une union centrée sur l'économie et le marché unique. L'UE a-t-elle oublié ses citoyens? Serait-il possible d'établir un lien plus étroit entre l'économie et le bien-être?

L'objectif de promotion du bien-être des personnes est entériné par les traités européens et la charte des droits fondamentaux de l'UE. Les premiers actes législatifs européens en matière de protection sociale remontent aux années 50.

Le bien-être des personnes et la croissance économique sont interdépendants

L'économie du bien-être vise à mettre sur un pied d'égalité le bien-être des personnes et l'épanouissement de l'économie. L'un n'est pas possible sans l'autre. À l'échelle mondiale, cette vérité est devenue plus évidente au cours de la dernière décennie.

Le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l'OCDE en ont conclu que, si l'on n'assure pas le bien-être humain, l'économie ne pourra pas non plus être florissante. Prévenir des maladies, préserver la capacité de travail des personnes, assurer l'égalité des genres et permettre l'apprentissage continu figurent parmi les actions qui renforcent clairement la croissance économique.

En outre, le secteur du bien-être dispose d'un potentiel de croissance en raison du vieillissement de la population, de la transformation numérique, de l'utilisation des bases de données relatives au bien-être et de la nécessité de satisfaire aux besoins indispensables des personnes.

La Finlande veut intégrer la logique de l'économie du bien-être dans les processus décisionnels de l'UE

Durant sa présidence, la Finlande proposera d'ancrer solidement la logique de l'économie du bien-être dans la prise de décision européenne. Pour ce faire, il faut adopter une nouvelle approche, plus horizontale. L'UE joue un rôle central en matière de politique économique, notamment au sein de la zone euro. De nombreux secteurs politiques ayant un impact sur le bien-être relèvent cependant de la compétence des États membres.

L'économie du bien-être permet d'examiner simultanément l'économie et le bien-être des personnes. Mesurer le bien-être n'est toutefois pas simple. Le suivi de l'économie se base traditionnellement sur l'utilisation de différents indicateurs, comme le produit intérieur brut. Néanmoins, on admet aujourd'hui que ces indicateurs ne suffisent pas pour mesurer le bien-être. Il convient donc d'améliorer la collecte des données, l'analyse des statistiques et la recherche sur les liens de causalité. L'Office statistique de l'Union européenne (Eurostat), entre autres, dispose de plusieurs outils à cette fin.

Le semestre européen pour la coordination des politiques économiques est l'un des instruments essentiels dont disposent la Commission et les États membres pour suivre et développer les mesures effectuées dans le domaine du bien-être. Mme Ursula von der Leyen, la présidente élue de la Commission, s'y est également engagée.

De plus, un meilleur équilibre entre les besoins des personnes, d'une part, et de l'économie, d'autre part, en matière d'élaboration des politiques européennes contribuera à la légitimité de l'UE aux yeux des citoyens.

Veli-Mikko Niemi, directeur général, ministère des affaires sociales et de la santé