Menu
FI SV EN DE FR

Janne Känkänen: La croissance durable, pierre angulaire de l'Europe de demain

EU2019FI 3.7.2019 10.08
Édito

Durant notre présidence du Conseil de l'UE, nous défendrons ardemment la durabilité. Une économie et une croissance durables sont les pierres angulaires de l'avenir – et de l'Europe – durable. La croissance économique est nécessaire pour garantir notre bien-être à l'avenir. Cette croissance doit toutefois être écologiquement et socialement durable.

Les transformations globales constituent un défi à l'Europe. Des actions rapides et ambitieuses à l'échelle mondiale sont indispensables, si nous voulons atténuer les changements climatiques. Parallèlement, les technologies évoluent de plus en plus vite, notamment en ce qui concerne l'économie numérique. De plus, la concurrence internationale s'accélère, avant tout de la part de l'Asie et des États Unis.

Les défis majeurs peuvent ouvrir la voie à la réussite économique et donner un avantage concurrentiel

Au-delà de nos ambitions en matière de durabilité, il est essentiel d'engager une discussion ouverte sur les moyens de la concrétiser. Les solutions pratiques permettant de rendre les processus industriels plus neutres sur le plan climatique, comme la dynamisation du marché intérieur, le développement de la mobilité et de la compatibilité des données au niveau de l'UE, ainsi que les connaissances et les compétences numériques, sont donc au cœur de l'action.

Les réductions d'émissions, les solutions intelligentes, la transformation numérique et l'accent mis sur la recherche et l'innovation contribuent tous à la durabilité. Ainsi, les défis majeurs peuvent engendrer une réussite économique et nous donner un avantage concurrentiel, ce qui soutiendrait le bien-être durable de tous les Européens.

L'Europe doit être le chef de file en matière de concurrence internationale

Se soumettre à la concurrence internationale féroce sans avoir de position commune pour savoir en tirer le meilleur parti constitue un obstacle à la durabilité. L'Europe doit se ressaisir et faire des efforts, afin de devenir pionnière de ce processus au lieu de juste s'y adapter. Il existe déjà de bons exemples.

En ce qui concerne le règlement général sur la protection des données, par exemple, il garantit non seulement la protection des données à caractère personnel des citoyens, mais également la possibilité pour les entreprises européennes d'utiliser largement l'énorme réserve de données que constitue l'ensemble du marché européen. L'Union pourrait ainsi se placer au premier rang mondial de l'économie des plateformes, notamment en ce qui concerne les industries européennes et les conditions sur lesquelles repose leur succès.

L'évolution des technologies est de plus en plus rapide, ce qui signifie que l'UE doit viser le leadership mondial dans le domaine de l'économie numérique. Les nouvelles tendances technologiques, comme l'intelligence artificielle, la connectivité et l'automatisation, peuvent offrir de nombreuses opportunités, à condition que les solutions politiques, combinées aux activités R&I, permettent le développement des entreprises afin de les rendre plus évolutives.

On attend de l'UE des solutions politiques en faveur de la croissance

L'UE doit élaborer un paquet des initiatives politiques suffisamment étendu afin de pouvoir utiliser pleinement les ressources de l'Europe, de ses citoyens et de ses entreprises. Un marché intérieur dynamique, une politique industrielle moderne, l'économie numérique et la transition vers une économie neutre en carbone sont indispensables pour pouvoir répondre au défi mondial de la croissance.

Rendre l'Europe plus compétitive et socialement plus inclusive constitue l'une des priorités de la présidence finlandaise. Pas plus tard que cette semaine, les ministres chargés de la compétitivité se réuniront à Helsinki pour discuter de la croissance durable pour l'avenir.

Il est extrêmement important de continuer ces discussions et de promouvoir cette idée dans toute l'Union pendant les cinq années à venir. Nous n'avons pas de temps à perdre. Les changements climatiques n'attendront pas. Il en va de même pour les évolutions technologiques très rapides et la concurrence mondiale de plus en plus forte.

Janne Känkänen, responsable des affaires européennes et internationales, ministère de l’emploi et de l’économie