Menu

Tuomas Koskenniemi: L'intelligence artificielle et les changements climatiques concernent également la défense de l’UE

EU2019FIMinistère de la défense 26.8.2019 16.56 | Publié en français le 27.8.2019 à 8.14
Édito

La coopération européenne en matière de défense a le vent dans le dos depuis un certain temps. Les anciennes structures ont été réformées, et de nouvelles initiatives ont été lancées. Si les questions relatives à la défense de l'UE étaient précédemment abordées uniquement au niveau des spécialistes confirmés, elles figurent depuis quelques années à l'ordre du jour des sommets des dirigeants.

Cependant, il est probablement toujours aussi difficile de comprendre de quoi il s'agit exactement quand les ministres européens de la défense se réunissent, comme à Helsinki les 28 et 29 août prochains. À quoi sert cette réunion des ministres de la défense, étant donné que vingt-deux des vingt-huit États membres sont également des membres de l'OTAN? L'UE ne représente-t-elle plus un projet pour la paix?

Thèmes émergents

À Helsinki, les ministres de la défense discuteront des répercussions de l'intelligence artificielle et, pour la première fois, des changements climatiques, sur le secteur de la défense, et examineront les moyens de développer la sécurité maritime. En outre, les ministres des affaires étrangères et les ministres de la défense évoqueront ensemble les actions de l'UE pour lutter contre les menaces hybrides.

Toutes ces questions représentent des défis auxquels même les grands États membres ne peuvent faire face seuls. Ces questions forment également un ensemble qui va outre les limites du domaine de la défense. Ceci résume bien la dimension de la défense de l'UE.

La défense devient une question européenne

Les États membres coopèrent en matière de défense dans différentes institutions afin de développer leurs forces armées nationales. L'UE dispose d'instruments que les autres organisations n'ont pas. L'UE n'est pas une alliance de défense; c'est une communauté centrée sur la sécurité, au sein de laquelle les États membres sont reliés de façons complexes et dans différents secteurs de la société. Les questions nationales en matière de défense incluent de plus en plus souvent une dimension européenne.

Il est impossible de faire une distinction entre la défense "nationale" et la coopération "internationale" en matière de défense. Il en va de même pour ces questions à l'échelle européenne. Après la crise en Ukraine, l'UE a attiré l'attention sur la protection de l'Europe et sur le renforcement de la sécurité des citoyens de l'UE. L'assistance mutuelle face aux menaces hybrides est l'un des sujets abordés pendant la présidence finlandaise. La protection de l'Europe dépend toutefois de ce qui se passe au-delà des frontières européennes. Il convient de poursuivre le développement de l'action extérieure de l'UE afin de pouvoir contribuer à la stabilité dans des régions proches.

Une coopération tournée vers l'avenir

D'une part, la réunion des ministres de la défense à Helsinki sera probablement la dernière pour la haute représentante Federica Mogherini. C'est le haut représentant qui préside les réunions des ministres de la défense. D'autre part, en tant qu'ancienne ministre de la défense, la candidate à la présidence de la Commission, Mme Ursula von der Leyen, connaît bien les leçons à tirer de la coopération européenne en matière de défense. Les directeurs sortants ont orienté l'évolution de la défense européenne, la faisant passer de la gestion des crises à une coopération en matière de défense plus étendue. Il est temps de franchir de nouvelles étapes. En particulier, les discussions menées à Helsinki sur l'intelligence artificielle et les changements climatiques permettent de construire des bases solides pour une défense européenne tournée vers l'avenir.

Il ne faut pas s'attendre à ce que la coopération européenne en matière de défense soit quelque chose qu'elle n'est pas. Et il ne faut pas sous-estimer son importance sur la base de mauvais motifs. Il faut au contraire chercher à influer sur les orientations de cette coopération, en participant au dialogue européen, en faisant des propositions avec des États aux vues similaires, et en s'engageant dans des initiatives dès la phase de planification. La réunion informelle des ministres de la défense à Helsinki élargit le champ de la coopération européenne en matière de défense et constitue une étape vers une union de la défense renforcée.

Tuomas Koskenniemi, conseiller spécial, ministère de la défense