Menu

Tytti Tuppurainen: Solutions communes pour une transparence améliorée de l'UE

EU2019FISecrétariat général du gouvernement 20.12.2019 11.25 | Publié en français le 20.12.2019 à 12.12
Édito

La Finlande, depuis qu'elle a adhéré à l'UE, a toujours cherché une meilleure transparence; nous avons poursuivi ces efforts pendant les 6 mois de notre présidence du Conseil de l'UE, de juillet à décembre 2019. Cela reflète nos traditions nationales en matière de transparence de l'administration publique et les expériences positives que nous en avons tirées.

L'ouverture et la transparence sont des valeurs importantes pour nos sociétés. La présidence finlandaise du Conseil a cherché à promouvoir la transparence de manière globale. Nous sommes convaincus que la transparence et une communication ouverte encouragent la démocratie et la participation citoyenne, renforcent la confiance et la responsabilité des institutions et aident à assurer une meilleure gouvernance. Ces principes aident aussi à lutter contre la désinformation et les fake news.

Un outil pris isolément ne saurait rendre la procédure européenne de prise de décision plus transparente. C'est pourquoi nous devons employer différents instruments. Il serait positif que les institutions européennes parviennent à un accord sur la proposition de créer un registre de transparence de l'UE dès que possible, afin d'améliorer la transparence du secteur du lobbying politique envers les décideurs.

Rendre le travail du Conseil plus compréhensible

Depuis des années, les appels pour une meilleure transparence du processus législatif de l'UE se répètent. La présidence finlandaise a mis en place des mesures équilibrées et pragmatiques pour améliorer la transparence et la compréhension du travail du Conseil. Nous avons cherché à avoir des retours d'expériences, à rendre le le sujet plus concret, à améliorer la prise de conscience de ce thème et à clarifier toute éventuelle incompréhension.

Nous avons augmenté le nombre de débats retransmis en direct pendant les réunions du Conseil, les ministres et les fonctionnaires finlandais ont communiqué activement et ouvertement des informations publiques, et nous avons adopté une approche proactive afin de garantir un meilleur accès du public aux documents législatifs. Nous publions aussi des informations sur les réunions en lien avec l'UE que nos ministres tiennent avec des lobbyistes.

J'espère que notre approche sera considérée comme un moyen réussi et concret de promouvoir la compréhension mutuelle et de dégager des consensus. Nous avons rédigé un rapport sur les expériences de notre présidence. Nous espérons que ces expériences pourront servir de base aux futures discussions sur la transparence à des solutions à long terme.

Pour moi, la conclusion la plus importante est qu'il existe de nombreuses mesures simples et pragmatiques pour garantir aux citoyens et aux parties prenantes un accès facilité et aussi large que possible aux informations pertinentes concernant la prise de décision au niveau de l'UE. Nous devons simplement être prêts à investir du temps et des efforts pour identifier ces mesures et les appliquer.

Atouts des discussions publiques sur les partenariats privés des présidences du Conseil

Une question de transparence particulièrement prégnante est celle des partenariats privés des présidences du Conseil. Je prends ces inquiétudes au sérieux. D'après moi, il est nécessaire de respecter pleinement les principes de transparence et de bonne gouvernance.

Mais cette question relève de la compétence nationale des États membres; il serait donc juridiquement difficile d'établir des règles européennes à ce sujet. J'accueille toutefois avec plaisir les discussions publiques à ce sujet, afin d'améliorer la prise de conscience de ce sujet dans les États membres et pour les présidences à venir. Je compte aussi sur les États membres pour développer des normes exigeantes concernant ces pratiques.

La transparence de l'UE s'est clairement développée ces dix dernières années, mais il est évident qu'il faut poursuivre les efforts pour répondre aux attentes du public et de la société civile. La coopération étroite des institutions de l'UE, de la société civile, des médias, du monde de la recherche et du grand public est essentielle.

En jouant notre rôle dans cet effort commun, nous protégeons la démocratie et les autres valeurs fondamentales de l'UE.