Menu

Actions communes de lutte contre les menaces hybrides

La notion de menaces hybrides renvoie aux différentes activités coercitives compromettant la sécurité, mêlant des méthodes conventionnelles et non conventionnelles, qui peuvent être diplomatiques, militaires, économiques ou techniques. La définition est flexible, étant donné le caractère changeant des activités concernées.

Ces activités sont utilisées de manière coordonnée par des acteurs étatiques ou non étatiques pour atteindre des objectifs spécifiques sans que le seuil d'une guerre déclarée officiellement ne soit dépassé. En général, ces menaces ciblent des vulnérabilités majeures et visent à créer un certain sentiment de doute, afin d'influer sur le processus décisionnel.

Les cyberattaques, l'interférence électorale et les campagnes de désinformation en sont des exemples. Les réseaux sociaux peuvent être utilisés pour orienter les discussions politiques ou pour radicaliser, recruter et diriger des acteurs intermédiaires.

Ces menaces hybrides, en fort développement, constituent un défi considérable à la sécurité de l'Europe. Elles touchent de plus en plus souvent plusieurs États membres à la fois et déstabilisent l'unité de l'UE.

La Finlande veut sensibiliser à ces menaces et renforcer la coordination et la coopération avec différents partenaires

La présidence finlandaise veut renforcer les capacités des États membres à prévenir les menaces hybrides et à y répondre.

Elle s'est donné pour objectif de sensibiliser les États membres à ces menaces ainsi qu'aux outils dont l'UE dispose pour lutter contre elles. L'ultime responsabilité en matière de lutte contre les menaces hybrides appartient aux États membres. Cependant, des menaces hybrides peuvent toucher plusieurs pays à la fois, et il est plus efficace d'y répondre par des actions coordonnées à l'échelle européenne.

En ce qui concerne les menaces hybrides, l'interdépendance de la sécurité intérieure et extérieure est forte. Par conséquent, tous les acteurs de la société doivent se préparer à y réagir. La Finlande entend promouvoir un traitement global et coordonné des menaces hybrides en joignant différentes autorités à ces efforts.

L'objectif est de rassembler les activités et les initiatives de coopération que les institutions et les États membres de l'Union ont lancées ces trois dernières années. Afin de mieux coordonner la coopération, un groupe de travail horizontal de lutte contre les menaces hybrides a été constitué à l'initiative de la Finlande, de la Roumanie et de la Croatie et avec le soutien de tous les États membres. Il s'est réuni pour la première fois en juillet 2019. Ce groupe est chargé d'examiner des questions relatives aux capacités de l'UE et de ses États membres à prévenir des menaces hybrides et à y répondre. Il soutient également les actions renforçant la résilience de nos sociétés face aux crises. Il a pour objectif de faciliter également la coordination interne des travaux du Conseil et de renforcer la coopération avec les autres institutions et instances européennes.

La présidence finlandaise a l'intention de proposer l'adoption de conclusions en la matière au Conseil des affaires générales en décembre. Ces conclusions orienteraient les prochaines étapes du travail en matière de lutte contre les menaces hybrides, en tenant compte des résultats obtenus ces dernières années et du nouveau programme stratégique, adopté par le Conseil européen en juin dernier.

Les partenaires de l'UE jouent un rôle essentiel pour la coopération au niveau européen. La coopération UE-OTAN a une importance particulière dans la lutte contre les menaces hybrides, ce que la présidence finlandaise entend souligner. Le centre d'excellence pour la lutte contre les menaces hybrides, situé à Helsinki, est un acteur important dans ce domaine et travaille en collaboration étroite avec l'UE et l'OTAN. Tous les États membres de l'UE et de l'OTAN peuvent demander à en faire partie.

Protection des infrastructures critiques et lutte contre les menaces CBRN

Les infrastructures critiques des États membres constituent une éventuelle cible des activités hybrides. Il s'agit, par exemple, des centrales électriques et des systèmes bancaires indispensables pour effectuer des paiements. La présidence finlandaise s'est donné pour objectif de promouvoir les discussions sur la protection des infrastructures critiques.

La présidence finlandaise du Conseil de l'UE cherche à lancer un débat politique concernant les nouvelles menaces pesant sur les marchés financiers et les éventuels moyens de lutter contre. Les ministres des finances des États membres et les gouverneurs des banques centrales ont évoqué cette question à l'initiative de la Finlande lors de la réunion informelle organisée à Helsinki les 13 et 14 septembre 2019.

La présidence finlandaise s'est également donné pour objectif de renforcer la capacité de l'UE et de ses États membres à répondre aux menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN). Les menaces CBRN peuvent aussi comporter des éléments hybrides. L'objectif de la présidence finlandaise est d'identifier les lacunes et les besoins actuels en matière de lutte contre ces menaces.

Lutte contre la désinformation

Des campagnes de désinformation et de fausses informations lancées par des acteurs étatiques et non-étatiques sont publiées sur les réseaux sociaux dans toute l'Europe. Les responsables de ces campagnes utilisent des structures en réseaux et le nouvel environnement médiatique pour créer une réalité alternative.

Par la coopération entre différents acteurs, l'UE tend à lutter contre les conséquences négatives que la diffusion intentionnelle et délibérée de fausses informations engendre, notamment dans le cadre des élections. L'UE a adopté un plan d'action contre la désinformation.

La présidence finlandaise mettra en avant l'importance de l'information basée sur les faits et diffusée par les autorités, en ce qui concerne la lutte contre la désinformation, les discours haineux et les menaces verbales, ainsi que l'atténuation de leur impact de ces derniers. Les menaces hybrides et la désinformation feront l'objet de discussions au niveau de différents groupes de travail et lors des réunions ministérielles.

Exercices concernant les menaces hybrides

La présidence finlandaise a organisé, tant aux niveaux ministériel que technique, une série de discussions autour des menaces possibles. Ces discussions basées sur différents scénarios ont pour but de renforcer la résilience de l'UE ainsi que de sensibiliser aux menaces hybrides.

Les premières discussions ont eu lieu les 8 et 9 juillet 2019 lors des réunions informelles des directeurs politiques des ministères des affaires étrangères et des directeurs de la politique de défense des ministères de la défense. Les ministres des affaires étrangères et de la défense ont poursuivi ces débats lors de leur réunion informelle, le 29 août 2019.

Lors de leur réunion informelle, organisée à Helsinki le 18 juillet 2019, les ministres de l'intérieur ont également tenu une discussion autour de différents scénarios afin de sensibiliser les ministres aux risques que l'utilisation des moyens hybrides pose à la sécurité intérieure. L'objectif était également de renforcer le processus décisionnel de l'UE dans les situations où les acteurs de la sécurité intérieure doivent faire face à des menaces hybrides aigües.

Les ministres des finances ont examiné ces scénarios lors de la réunion informelle organisée à Helsinki les 13 et 14 septembre 2019. Ils se sont notamment penchés sur la préparation à la lutte contre les menaces hybrides dans le secteur financier.

Les retours sur ces discussions organisées par la Finlande ont été positifs. La présidence finlandaise a regroupé des observations à ce sujet dans un rapport, qui doit être examiné par le groupe horizontal de la lutte contre les menaces hybrides lors de ses réunions en septembre et en octobre. L'objectif est ensuite de faire figurer ce rapport en tant que point d'information à l'ordre du jour du Comité des représentants permanents (Coreper).

Défense

Le secteur de la défense joue un rôle majeur dans la lutte contre les menaces hybrides, car il est responsable du recours à la force militaire et il soutient les autres autorités. Les États membres devraient ainsi se préparer à des menaces hybrides en assurant une coopération pluridisciplinaire entre différentes autorités. La présidence finlandaise cherchera à clarifier le rôle des administrations nationales de la défense dans le contexte plus large de lutte contre les menaces hybrides au niveau de l'UE.

En savoir plus sur les actions de l'UE

Communication conjointe de la Commission européenne au Parlement européen et au Conseil: Cadre commun en matière de lutte contre les menaces hybrides une réponse de l'Union européenne (avril 2016) 
Rapport conjoint de la Commission européenne au Parlement européen et au Conseil sur la mise en œuvre du "cadre commun en matière de lutte contre les menaces hybrides - une réponse de l’Union européenne" (juillet 2017)
Communication conjointe de la Commission européenne au Parlement européen et au Conseil: Accroître la résilience et renforcer la capacité à répondre aux menaces hybrides (juin 2018)
Service européen pour l'action extérieure: Plan d'action contre la désinformation
Centre d'excellence pour la lutte contre les menaces hybrides (en anglais)

Informations complémentaires

Conseillère diplomatique Outi Hyvärinen, ministère des affaires étrangères, tél. +358 295 350 035, outi.hyvarinen(at)formin.fi
Responsable des questions hybrides Tiina Ferm, ministère de l’Intérieur, tél. +358 50 456 0055, tiina.ferm(at)intermin.fi
Conseiller principal Pentti Olin, ministère de la défense, tél. +358 295 140 013, pentti.olin(at)defmin.fi
Conseiller spécial, Jaakko Weuro (secteur financier), Représentation permanente de la Finlande auprès de l'UE, tél. +32 472 900 550, jaakko.weuro(at)formin.fi