Hoppa till innehåll

Laura Vilkkonen: L'Europe mérite une économie des données juste et centrée sur l'être humain

Ministère des transports et des communications
21.11.2019 11.44
Édito
Photo: Tommi Parkkonen, ministère des transports et des communications

Le volume de données numériques augmente exponentiellement. L'économie des données est déjà parvenue à un point où elle a un impact majeur sur le développement économique. À l'avenir, ces données contribueront à améliorer les services, la croissance économique et la compétitivité. Pour assurer ce bon développement, nous devons nous assurer de leur accessibilité, de leur protection et de leur sécurité. Une conférence aura lieu à Helsinki les 25 et 26 novembre précisément sur le thème de l'économie des données.

L'Europe a besoin d'une stratégie claire pour développer son économie des données. La Finlande, qui préside actuellement le Conseil de l’Union européenne, a cherché à établir les principes généraux d'une telle stratégie. Elle aimerait que l'UE devienne le pivot d'une économie des données éthique. L'UE a toutes les cartes en main pour y parvenir.

Un juste accès aux données

Les données facilitent déjà notre vie quotidienne et améliorent la qualité de nos services. Mais pour consolider ces réussites, nous devons faire en sorte que ces données soient accessibles. Sans investir dans le développement systématique de l'économie des données, nous ne pourrons garantir l'accès des citoyens et des sociétés aux informations dont ils ont besoin quand ils en ont besoin.

Pour cela, il faudrait mettre l'accent sur les actions qui permettent de redistribuer les bénéfices de ces données entre les entreprises, les autorités et les individus. De nombreuses personnes ont des tâches dans la société qui requièrent un accès urgent à des données détenues par quelqu'un d'autre. Les agents chargés de la circulation, par exemple, auront besoin des données récoltées par les systèmes de transport automatisés à propos des autres utilisateurs, des conditions de circulation et de l'état des infrastructures.

Les données numériques aident également le secteur de la logistique à coordonner le transport de marchandises, à rationaliser les opérations, à améliorer l'expérience client, et à réduire les coûts de transport et les émissions de dioxyde de carbone.

Mais toutes les bonnes intentions du monde ne servent à rien si nous ne nous assurons pas que ces données sont accessibles, si nécessaire au moyen d'une nouvelle réglementation à l'échelle européenne. Cet accès devrait suivre des principes justes, raisonnables et non-discriminatoires. Il devrait comporter une forme de compensation et de réciprocité entre les entreprises, et se faire toujours dans le respect des règles européennes en matière de protection des droits de la propriété.

Vers une économie des données florissante et centrée sur l'être humain

Nous devons modifier notre approche de l'économie des données, et la centrer sur l'être humain plus que sur les organisations comme c'est le cas actuellement. Chacun doit savoir quelles informations le concernant sont conservées, pouvoir accéder à ses données personnelles, et garder le contrôle de l'utilisation qui en est faite. Améliorer la protection et la sécurité des données revient à accroître la confiance des individus en nos services numériques. L'Europe a une véritable opportunité de faire de la protection des données un atout dans la concurrence avec d'autres systèmes de valeurs.

L'accès aux données permet tant aux secteurs établis qu'à ceux plus émergents d'innover pour créer de la valeur. Contrairement aux moyens de production habituels, les données ne s'usent pas; leur valeur s'accroît même avec l'usage, quand elles deviennent plus accessibles et plus disponibles au plus grand nombre.

L'économie européenne des données devrait se baser sur un marché concurrentiel, où l'innovation et les investissements fleurissent et où consommateurs et entreprises peuvent librement choisir leur fournisseur parmi une vaste gamme. C'est sur ces bases que, si nous le voulons véritablement, nous pouvons construire une économie européenne des données réussie. En créant une économie européenne des données juste, florissante et centrée sur l'être humain, nous pouvons aider le marché interne à tirer parti au mieux de la transformation numérique.

La présidence finlandaise approche de sa conclusion, mais soyez assurés que nous poursuivrons ces discussions.

Laura Vilkkonen, directrice générale, ministère des transports et des communications